vendredi 6 avril 2018

la nuit c'est tous les jours


2018
même les zonards se la pètent dans ce quartier
et les dames marchent comme si elles trimballaient le Saint-Graal entre leurs cuisses
(pas toutes)
je lâche un rot à soulever leurs jupes mais c'est leurs masques qui tombent

1991
ma mère demande le divorce
mon père l'attrape violemment par les épaules
et ne veut plus la lâcher
je dépose doucement mon père au sol

sinon avec le recul
je peux maintenant affirmer que leur divorce
nous a tous bien fait progresser en tant qu'êtres humains
faut bien le reconnaître

la vulnérabilité rend plus fort

2018
pour me situer ou bien pour me perdre
je regarde toujours le ciel
caresses que je gueule
emmerdes que je mords
pas de réseau social
pas de monde mort

1997
louée soit Emmanuelle

pas celle-ci 
l'autre
louée soit l'extrême-gauche

pas celle-ci l'autre
j'ai enfin un corps et en plus c'est le mien
et puis j'aime toujours autant ces histoires d'adultes qui fuguent

2018
je quitte l'autoroute
les vibrations de la bagnole me bercent les couilles
je poursuis un signal un écho une anomalie 
tant pis si le besoin de comprendre m'égare à tous les coups

1996
vous savez qui je suis au moins
elle me dit en colère
oui je sais
vous êtes une putain de vieille gargouille
je lui dis avec mon chagrin
CDD non renouvellé

2018
pour une fois
je sais exactement ce que je fous ici
dans les caves d'un château hôpital
le temps y passe différemment
et mes souvenirs arrêtent un peu de me conditionner

1992
je suis veilleur de nuit
j'apprends en 18 mois tout ce que dix années de système scolaire ne m'ont pas appris
l'école est partout sauf à l'école

2018
la route est déserte qui tourne sous des nuages bien blancs
dans un ciel bien bleu
d'ici je peux quasiment embrasser toutes les directions d'un seul regard
tout cet espace me réapprend à respirer en fait
en plus de me laver les yeux

2001
je fuis ma vie dans les cinémas
je bois quasiment trois bouteilles de whisky par semaine
et la bière me repose du vin
et le vin me repose de la bière
visiblement quelque chose me fait mal
et je ne sais toujours pas quoi
graisse dipsomane

2018
mes poèmes la pluie s'en chargera
et mes ongles n'y pourront rien
la semaine c'est pure invention humaine
et la nuit c'est tous les jours

post scriptum
qu'elles viennent enfin les bêtes sauvages
j'ai un instinct à réparer moi

Aucun commentaire:

Publier un commentaire