mardi 6 mars 2018

les ronces

que les ronces vont vite
que les oiseaux savent toujours quand il va pleuvoir
que jadis les oiseaux étaient moins farouches
que c'est un bien joli mot ça jadis
les grues les palombes les buses les mésanges industrieuses
qu'il ne s'ennuie jamais à les observer
que c'est eux les oiseaux les vrais dieux
à nous instruire
à nous nourrir
que la lune souvent pèse sur ses rêves
surtout au printemps
surtout en automne
qu'il se réveille parfois la nuit
qu'il ne sait très plus bien où il est
qu'il pense à la mort
qu'il se sent étouffé
que les fourmis noires se réchauffent avec lui au soleil
que les ronces vont vite
plus vite que les vignes
que la terre est brûlante en été

que la terre est brûlante
qui sèche les fleurs
que les abeilles veulent l'embrasser
que sa seule amie est en voyage depuis deux mois chez son fils en Polynésie
que lui il ne s'est jamais marié
que c'est long deux mois
que c'est loin la Polynésie
que c'est comme ça
que la peau épaisse des plantes potagères annonce un hiver rude
que les nuages esquivent les pylônes
que les nuages viennent crever sur la colline
qu'il a évité de justesse la pluie
que le thé le requinque
que l'eau-de-vie aussi même s'il n'a plus trop le droit
que les jours rallongent
que sa vie raccourcit
qu'il peut plus rien faire sans fatiguer son coeur
que c'est comme ça
que les ronces vont vite

Aucun commentaire:

Publier un commentaire