mercredi 10 janvier 2018

diadème

du gruyère
deux boites de sardines
du vin blanc
du chocolat noir
du vin blanc
des sacs poubelles

du vin blanc

j'essaie de me montrer sous le meilleur angle je n'en trouve pas
je laisse tomber
ça et le côté tassepé des saintes

ce système  est une erreur qui me transforme en anomalie
primordial que je me forme à la joie de gruger

la boulangère qui a toujours une anecdote sur Charles de Gaulle
me confie qu'il y a des journées quiche ou des journées pizza
aujourd'hui c'est pizza
elle n'a pas d'explication
elle n'en cherche pas

j'écoute plutôt ce que racontent les murs
et les bennes de chantier
qui disent que Ludo est nul aux fléchettes
qui disent marche ou rêve 

qui disent errance et sexe anal
qui disent boules de feu contre les condés
les murs plutôt que les vitrines enjoignant au sourire et à l'amour

unité de temps mais jamais au même endroit

Dame Lynx a plein de projets depuis qu'elle ne se projette plus
plein de projets sans moi
elle ne me dit plus qu'elle pense à ma barbe 

à ma peau qui sent toujours bon même quand elle pue
à mes yeux qui font les couillons
et que c'est trop bien les vacances avec moi
elle dit qu'elle n'y arrive plus
qu'il faut qu'elle se protège
qu'elle a besoin d'espace
qu'elle a besoin de se retrouver


la femme qui m'aimait trop ne m'aime plus du tout
dont acte

statues habillées que les petites bourges sous substance
statues habillées que les zonards soûls sous la halle en travaux

il y a un bruit bizarre
ça vient d'ici

non ça vient de là-bas
non ça vient de la gare
non ça vient de ma tête

le jour de Noël
je traverse la ville de part en part
six bornes le plexus en lambeaux
le ventre troué par la nostalgie de nous-mêmes
notre histoire est partout
chialer sans chialer c'est comme être ivre sans boire
neige fondue dans ma binouze

ici un monsieur se cure l'oreille avec la branche de ses lunettes
ici un trisomique pleure d'un seul oeil
ici un berger moustachu parle d'une voix efféminée
ici une nana repose son hamburger afin de picorer des petites
saucisses de Strasbourg
ici la dame férue de psychogénéalogie ne discute plus avec les gens qui ne veulent pas apprendre
elle les laisse dans leur merde 


il y a toujours quelque chose qui se passe dans le ciel
raton-laveur d'étoiles ou bien giboulées de mars en décembre

historiquement personne ne sait grand chose
alors autant rester disponible au merveilleux
douceur qui transperce
douleur qui transporte
livres qui consolent

les perspectives qui se dessinent sont les mêmes que celles qui disparaissent
exactement les mêmes
jouissance jusqu'à l'anesthésie
ou comment faire de son deuil un putain de diadème 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire