mercredi 27 avril 2016

et puis parfois non

y a toujours du bon dans le mauvais 

sans le mariage 
elle n'aurait jamais appris à divorcer
et sans avoir divorcé
elle ne se serait pas remariée avec ce mec merveilleux
 rencontré lors d'un cours de danse
un mec passionnant de cuisine et de musique
comment fait-il pour sentir si bon cet homme
sans jamais se parfumer 

ça veut dire que si elle n'avait pas depuis toujours rêvé d'apprendre à danser le rock
elle ne serait probablement jamais redevenue maman 
surtout à quarante ans passés

elle est à la retraite depuis quatre ans maintenant
et elle est toujours autant remuée
quand elle évoque ses parents qui n'ont pas eu cette chance
émigrés
réfugiés
elle n'était pas sensée devenir professeur de philosophie
elle
Isabelle 
la sale petite espagnole
et d'y aller de son rire de souris

son mari est en déplacement
sa fille est à Paris
seul son chien l'attend ce soir à la maison 
un Setter Irlandais rouge
qui s'appelle Joyce
et qui a deux ans
et qui est plein de noblesse

mais elle est beaucoup trop bavarde
et puis elle est en train de perdre sa voix
ça y est sa voix se perd
faut vraiment qu'elle y aille 

la vie est parfois une telle punition
me dit-elle en me serrant la main 
et puis parfois non

Aucun commentaire:

Publier un commentaire