mercredi 25 février 2015

tellement de règles tellement d'exceptions


tellement de règles
tellement d'exceptions
pour nous fliquer
y a toujours du fric
les paranoïaques ne s'ennuient jamais
et les Parisiens ont toujours raison
les banquiers vendent de l'argent qui ne leur appartient pas
on est tous des petits canailloux 
et moi je cherche quelque chose qui n'existe pas
grésil dans la gueule 
labyrinthe en ville 
et moi je cherche la faille
et moi je cherche l'angle mort qui me renforce 
qui me rend disponible à moi-même
et pas pour remonter au classement non
ni pour me faire un nom sur le circuit

dans la prison sans mur
sous la surveillance des robots
sourire de sourcils moi je dis
à l'attention de la fille aux grands yeux gris


2 commentaires:

  1. Je suis la chose qui n'existe pas. Un objet, comme, considéré. Déplacé. Je suis une drôle de maladie. Aussi, j'ai perdu mon assise et l'on me déplace au bon vouloir des échanges synaptiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...matière à poème...à rêver inflammable...

      Supprimer