vendredi 5 décembre 2014

et la nuit ça te réveille parfois les rêves

tu verras Raphaël
tu verras Helena
tu verras
ils ont tout refait
le carrelage 
la veranda
corrélation et subtilité des réglages
après les arènes  
tu longes le tramway
jusqu'à l'hippodrome
et là tu traces
lycée
écluse
patinoire
c'est pas l'état qui gère ici
la mélancolie légère
la douce poésie
c'est l'état de grâce
le vent dans son domaine
il fait froid pour un mois de juin non ?
mais enfin papa on est en janvier
et maman s'énerve contre papy
faut pas tout abandonner
pas tout d'un coup
mais c'est rude
y a des limites
des yeux d'animaux
qui brillent sur la rive opposée
et la nuit ça te réveille parfois les rêves

2 commentaires:

  1. poésie d'un songe désurbanisé...

    ça veut pas dire grand chose mais là tout de suite, c'est ce que je ressens
    pffff

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...que deviens tu Lidia? Ton blog à disparu...bouh...

      Supprimer