vendredi 22 juin 2018

grands cercles du ciel rouge


l'usine désaffectée a fait disparaître sa douleur
l'usine désaffectée
seul refuge possible après la visite de l'inquisitrice

ton père est un traitre
ta mère est une catin
joyeux anniversaire ma chérie
merci mamie
(putain de matriarcat)

il y a le lundi
le mardi
le mercredi
le jeudi
le vendredi
le samedi
le dimanche
et puis il y a surtout la direction du vent pour différencier les jours
et influencer les corps
(lenteur violente qui lui fait le plus grand bien)

elle qui est plutôt sauvage
elle qui est plutôt jolie
elle qui aime danser
elle qui aime se déshabiller
elle qui regarde dans les yeux juste pour voir

sa réputation est terrible
elle s'en fout comme de son premier tampon
elle s'amuse beaucoup
sûrement beaucoup trop
elle n'écoute pas les anciens
sûrement pas assez
elle ne fait pas de sport
elle ne va pas à l'église
elle se déplace uniquement en stop
elle ne prend pas assez soin d'elle
elle est mal
elle veut avoir mal
il lui est déjà arrivé de se réveiller en prison et elle ne parle pas forcément de cette planète

y a que les animaux qui lui redonnent son centre de gravité en fait
enfin pas tous
les animaux
les animaux qui nous nomment en secret
les animaux et non pas les gens qui se prennent pour des gens bien
anges sournois qui veulent contrôler l'incontrôlable
leur vie saine les rend insipides

travaille et rigole et tu gagneras toujours
contre la propagande que nous implante le gouvernement
lui dit le mec bourré au bar
le mec bourré qui ne veut pas se marier
le mec bourré qui aime les femmes mais qui préfère picoler avec ses potes
il porte un bouc
et des lunettes de soleil sur le crâne
(mais travaille et rigole c'est aussi de la propagande mec)

elle connait cette ville
les murs gagnent toujours
les zones grises maintiennent l'ordre en place grâce aux enfants de l'apathie que nous sommes
et c'est encore un hymne

elle est pauvre
elle en a marre qu'on lui mente
même si elle adore aller au cinéma
même si elle adore aller au stade
elle préfère plutôt nuire aux nantis
et faire saigner les spéculateurs
et c'est encore un hymne

grands cercles du ciel rouge au crépuscule

elle frime
elle tombe en silence
échardes en guise de cheveux
éclats de pierre en guise d'oreilles
les murs gagnent toujours
les murs gagnent toujours

les murs gagnent toujours
sauf ce soir

Aucun commentaire:

Publier un commentaire